Mauritanie-Sénégal : « Les pêcheurs sénégalais sont toujours les bienvenus en Mauritanie»

0
734 Lectures
weeklyinfos.net@gmail.com
weeklyinfos.net@gmail.com
Actu Net – L’ambassadeur de la République islamique de la Mauritanie à Dakar, Cheikhna Nenni est en terrain connu pour avoir déjà représenté son pays au Sénégal comme consul général et comme Haut représentant au Niger.

En marge de sa visite dans les locaux du groupe Dmédia (La Tribune, Nouvel Hebdo, Actunet, Sen Tv, Zik Fm et Nfm), le diplomate mauritanien a évoqué de nombreux sujets comme les relations entre le Sénégal et son pays, les accords de pêche, la sécurité et l’économie.

A ce propos, l’ambassadeur Cheikhna Nenni invite le secteur des deux pays à jouer sa partition. Propos recueillis par Mamadou SARR

Sénégal-Mauritanie

Je tiens à féliciter les responsables du Groupe DMédia pour le gigantesque travail qu’ils abattent dans les journaux écrits, à la télévision, à la radio et sur le site internet. C’est un travail qui doit être magnifié parce que c’est fait par des Sénégalais sans l’aide de personne. En cela, Bougane Guèye Danny est un exemple à suivre pour les africains qui veulent émerger.

S’agissant des relations entre la Mauritanie et le Sénégal, il faut dire qu’elles sont excellentes et doivent se renforcer dans un proche avenir. Quasiment toutes les semaines, il y a des visites entre les deux pays. Pas plus tard que la semaine dernière, le ministre mauritanien de la pêche était au Sénégal pour rencontrer son homologue sénégalais et ceux des pays membres de la Commission sous-régionale des pêches (Csrp). Les ministres de la Pêche (Csrp) étaient ici à Dakar pour débloquer une situation qui était bloquée depuis 1993.

A cette occasion, notre ministre de la Pêche a rencontré Omar Guèye (ministre Sénégalais de la Pêche Ndlr) et a travaillé avec lui pour faire avancer les choses. Le chef d’Etat-major de l’Armée mauritanienne était à Dakar le 4 avril pour assister à la fête de l’indépendance. Sur la gestion de la sécurité qui nous préoccupe tous, il y a des patrouilles communes le long de la frontière, entre la rive droite et la rive gauche du fleuve Sénégal.

Tout récemment, Macky Sall et Abdoul Aziz ce sont rencontrés en Guinée lors du sommet de l’Organisation pour la mise en valeur du Sénégal(Omvs). Il y a aussi les échanges religieux très solides entre les deux pays. A titre d’exemple, cette année le porte parole du Khalife général des mourides, Serigne Bassirou Abdou Khadre a passé trois semaines en Mauritanie. Durant son séjour, il a été reçu par le président de la République. Les Mourtachides sous l’égide de Serigne Moustapha Sy ont organisé une conférence en Mauritanie avec 5000 Sénégalais qui ont traversé la frontière.

Les Niassène, les khadres sont souvent en Mauritanie. Nos concitoyens sont aussi souvent Au Sénégal à cause des relations particulières qu’ils ont avec les grandes personnalités religieuses. En gros, les relations entre la Mauritanie et le Sénégal sont excellentes.

Accords de pêche

Nous avons des frontières formelles que nous n’avons pas mises là et elles doivent être respectées. Car, de notre coté nous respectons les frontières sénégalaises, bien que nous sommes un pays frère. Les problèmes viennent souvent du fait que certains pêcheurs ne respectent pas la frontière. C’est dommage que des accidents arrivent à cause de cela.

Ce n’est pas souhaitable que l’ont arrive à des blessés ou à des morts d’homme. Il faut noter qu’avant de tirer les gardes-côtes mauritaniennes font toujours des tirs de sommation. Je tiens à préciser que la Mauritanie a mis en place un nouveau Code de la pêche qui ne vise pas spécialement les pêcheurs sénégalais. Ce nouveau Code a deux régimes : l’un international et l’autre national. Le régime international concerne les Européens et les Asiatiques, tandis que le régime national concerne aussi les Mauritaniens que les Sénégalais. Ce régime implique le débarquement des prises en Mauritanie pour le contrôle des juvéniles et des espèces interdites avant toutes exportations.

Le problème vient du fait que les Sénégalais ne veulent pas débarquer à Nouakchott qui est à 200 kilomètres de St-Louis. La Mauritanie a promis de leur construire un quai de pêche à Ndiago. Cette proposition également, ils ne l’ont pas accepté. Tout de même, les pêcheurs sénégalais sont les bienvenus en Mauritanie avec les mêmes licences de pêche. Il faut aussi savoir que le nombre de licences de pêche octroyé au Sénégal ont connu une hausse de 25%, tandis que le prix de la licence est resté le même, soit environ 15 Euros, prés de 9000 francs la tonne de poisson.

Ce contrôle que nous voulons imposer en mer, est nécessaire parce que de plus en plus de Sénégalais veulent émigrer en passant par la Mauritanie où ils peuvent travailler. Il y a aussi le fait que les terroristes cherchent aujourd’hui à passer par la mer.

Esclavage

Le problème de l’Esclavage est un problème très ancien. La Mauritanie a constitutionnalisé cette pratique comme crime contre l’humanité lors de la réforme constitutionnelle de 2012. Il faut dire que l’Etat a mis en place les mécanismes nécessaires pour éradiquer les résurgences du phénomène. Nous avons mis en place une agence de solidarité qui travaille à éradiquer le fléau et débusquer ceux qui continuent à le pratiquer encore. Cette agence accompagne également les victimes ayant subi des séquelles.

Nous avons mis en place trois tribunaux à travers le pays pour traiter des affaires liées à l’esclavage. Par contre, je ne polémiquerai pas avec ceux qui disent qu’il y a 150 000 esclavagistes en Mauritanie. Il n’y a pas quelqu’un de plus ignorant que celui qui dit cela. L’actuel président Abdoul Aziz est très engagé sur les questions des droits de l’homme et travaille à mettre fin à cette survivance du passé.

Réfugiés

L’actuel président a entrepris entre le 1er janvier et le 31 décembre 2009 à rapatrier prés de 25 000 réfugiés mauritaniens qui vivaient au Sénégal depuis des années. Ce dossier a été clôturé en présence de l’actuel secrétaire général de l’Onu Antanio Gutteres, à l’époque au Haut commissariat aux réfugiés(Hcr). A l’époque, il avait souligné que ce que la Mauritanie a réalisé à 100% était rare dans le monde. Toutes les opérations du genre tentées par le passé n’ont pas eu le même succès. C’est donc que le gouvernement actuel tient à ce que les mauritaniens vivent ensemble dans le respect des droits de l’homme. Il n’y a pas de résistance au sommet de l’Etat.

Liberté de la presse

La Mauritanie est un pays de la liberté de la presse. Elle est aujourd’hui dans le peloton de tête en Afrique où elle est classée au 7e rang d’après le dernier classement Reporter sans frontières (Rsf). Pendant de longues années, la Mauritanie occupe la première place des pays arabes.

Terrorisme

Rappelons que la Mauritanie a été frappée en 2007, 2008 par le terrorisme. La formule qu’elle a adoptée consiste à rééquiper nos armées : terre, air et marine qui étaient moribondes. L’actuel président dés son arrivée a renouvelé le matériel et a renforcé les moyens des armées. Après, nous avons mis en place une stratégie le long de la frontière. Ce sont des groupes mobiles qui se déplacent sur toutes les frontières avec plusieurs lignes de défense. Car, nous avons un vaste pays avec 2000 kilomètres de lignes de frontières avec le Mali, une centaine avec le Sénégal, l’Algérie et le Sahara. D’ailleurs des pays comme le Niger, nous imite dans notre stratégie avec succès pour lutter contre Bokko Haram. La Mauritanie travaille aussi avec les pays du G5 Sahel. Nous avons aussi des échanges quotidiens avec les services de défense sénégalais.

Pont de Rosso

Les accords de financement ont été déjà signés avec les partenaires financiers comme la Bad. Le Sénégal et la Mauritanie ont convenu d’installer l’unité de gestion en Mauritanie. Je tiens à souligner que la Mauritanie dans son option d’intégration ne cesse de travailler avec la Cedeao. D’ailleurs, le ministre mauritanien du Commerce a signé un accord dans ce sens avec la Cedeao. La construction du pont de Rosso sera une bonne chose pour les populations des rives du fleuve Sénégal.

Crise gambienne

Cette affaire est derrière nous. Tous les pays qui ont apporté leur contribution dans la résolution de la crise ont salué le rôle joué par le président Abdoul Aziz. Si Yayah Jammeh a sollicité le président Aziz c’est qu’il voulait des garanties pour la préservation de son intégrité physique. Le président Aziz a fait tout pour éviter l’effusion de sang. S’il y avait effusion de sang en Gambie ce serait le sang des africains qui allaient couler. S’il y avait effusion de sang, nous n’en serions pas là ici.

L’Afrique n’a pas besoin d’autres foyers de tension par ce que la situation est déjà trop difficile. Le président Macky Sall a remercié le président Aziz pour son intervention en Gambie. De même que la Cedeao, car le secrétaire Exécutif Da Souza est venu en Mauritanie, l’Onu a envoyé Ibn Chambaz et la France l’ancien ministre des Affaires étrangères, Jean Marc Ayrault pour remercier notre président de ce qu’il a fait en Gambie.

Le président Aziz est un africain. Et en tant qu’africain, il intervient partout, parfois au péril de sa vie comme, il l’a fait au Mali en se rendant par hélicoptère au Nord Mali pour éviter l’effondrement de l’accord de paix. Il a était médiateur aussi dans la crise libyenne.

Hydrocarbures

Le pétrole et le gaz ne feront que du bien au Sénégal et à la Mauritanie. Nos deux ministres travaillent ensemble sur ce dossier. Le plus important c’est que nous avons le même concessionnaire : Bp et le partage des réserves est connu.

Relations économiques

IL y a des accords économiques entre les deux pays. La grande commission mixte qui a été présidée par les deux Premiers ministres s’est réunie récemment. Ils travaillent à mettre en place un cadre. C’est au secteur privé des deux pays d’explorer et de faire vivre cette coopération. La Mauritanie a beaucoup de chose à prendre ici et vice versa. Par exemple, la Mauritanie exporte beaucoup de peau vers d’autres pays, je pense qu’il y a un créneau à explorer à ce niveau avec l’artisanat. C’est la raison pour laquelle, je considère que le privé doit jouer les premiers rôles. Nous devons développer les relations commerciales entre pays du Sud.

Omvs

L’histoire retiendra que l’ancien Haut-commissaire de l’Organisation pour la mise en valeur du Fleuve Sénégal, Mouhamed Ould Merzoug a fait un travail extraordinaire sous la houlette des chefs d’Etat qui donnent les instructions. Parmi ses réalisations, il y a l’entrée de la Guinée comme pays membre, alors qu’il n’avait qu’un statut d’observateur. L’Omvs s’est réuni récemment et a élu un nouveau commissaire. L’Omvs fait un travail important en fournissant l’énergie et l’irrigation aux pays membres. Il manque un peu de communication. On espère qu’avec la nouvelle équipe ce problème sera réglé. L’Omvs est une ancienne organisation, mais importante pour les producteurs des deux rives à qu’elle encadre. Il y a lieu d’élargir ses missions. C’est aussi, une organisation modèle, en matière de gestion de l’eau à travers le monde entier.

Troisième mandat d’Aziz

Il a dit façon claire et sans ambages que la Constitution ne sera pas tripotée. Il respectera son engagement parce que le Président Aziz est un homme d’engagement.

AUCUN COMMENTAIRE