Contribution : un cri adressé au Président Aziz – Par Idoumou Ould Beiby

Monsieur le Président si des particuliers au sein de l'Upr et ses alliés, des finances, du Gouvernement et autres ne sont pas motivés et interpellés par votre aura, je ne vois pas vraiment le pourquoi de les maintenir au prix fort de voir toute la Mauritanie ou du moins une bonne partie de ses composantes se froisser inutilement pour de petites querelles entre courtisans !

0
1 159 Lectures
weeklyinfos.net@gmail.com
weeklyinfos.net@gmail.com

Monsieur le Président de la République, j’ai mal !
Dommage qu’on s’enlise ! Dommage qu’on perd nos repères, nos bases arrières, nos soutiens qui, hier seulement, étaient des inconditionnels acquis à votre cause ! Dommage que du sommet de Président de tous les mauritaniens, vous tendez à devenir le Président de certains ou de je ne sais quoi ! Dommage qu’on commence à vous voir perdre votre aura, votre virilité, vos pertinences, vos amis, votre abreuvoir, votre grenier du Hodh et ailleurs surtout à cause de certains conseillers min bitanetou souee, à cause de petits détails, de petits calculs…
Nous sommes tous vos conseillers aussi et ce n’est pas parce que d’autres frères nous poussent à vivre sur le qui-vive, dans la précarité, la pauvreté, la dépendance, la soif, la peur, la marginalisation, en privant tout un monde qui, pourtant, croit en vous qu’on doit se taire,qu’on doit baisser les bras et vous laisser aussi s’enfoncer dans une gueule de loup ou le fin fond du trou… Dommage quand même…
J’ai mal parce que je vois que la logique qu’on vous miroite ne tient pas ne serait-ce que parce qu’elle divise et parce qu’elle fâche aussi vos propres alliés et fidèles !
Une façon de vous isoler ? Oui… Suivez mon regard ! Vos détracteurs et opposants poussent bien…
La Mauritanie a bien changée et en profondeur surtout et plus rien ne sera comme avant ! Gardez vos amis, gardez vos soutiens, gardez votre électorat cadeau…
Que pèse un Parti, un Gouvernement si le citoyen lamdas ne s’y voit pas ?
Que pèsent les conseillers du mal, les proches collaborateurs politiques, les ministres, les intimes si, chaque jour que Dieu fait, ils ne font que nourrir des dents contre vous, s’ils ne sont là, pour la plupart, que pour vous isoler un peu plus ?
Monsieur le Président, vous isoler de vos soutiens, de vos proches, de votre peuple qui vous a élu contre vents et marées, qui vous a soutenu aux moments les plus sombres et difficiles de notre Histoire ne vous sert pas, ne sert pas la cause qui vous a animé, ce jour, mine de rien, où vous vous êtes soulevé avec quelques rares intimes civils et militaires contre toutes les injustices faites au peuple et à oser braver les dangers, tous les dangers intérieurs et extérieurs en signant un coup d’état militaire à risque où vous pouviez, pourtant, laisser votre peau !
Revoir les questions, les sujets, les mots, les amendements, les… qui divisent, qui fâchent n’est pas un signe de faiblesse ou de contradiction ou de manque de confiance en soi ou de vision, loin de là… mais plutôt un signe de bravoure et de force de caractère,de sagesse et de perception et votre réflexe de militaire peut vous dire plus …
La Mauritanie qui vous a tout donné, mon Président, mérite tout et surtout tous les gestes et actes d’apaisement des cœurs…
Mon Président, votre peuple qui souffre vous aime pour, au moins trois choses : la bravoure, la pertinence et la sagesse mais, comme je l’ai souvent dit, vous êtes, depuis un certain temps victime d’un plan bien étudié qui vise à vous amener à être non pas le Président de tous les mauritaniens mais le Président de certains et c’est dommage !
Déjà le vote du pieds indispose et voilà que tout bouillonne, que tout murmure, que tout grogne à cause de traits rouges et de calculs !
Monsieur le Président si des particuliers au sein de l’Upr et ses alliés, des finances, du Gouvernement et autres ne sont pas motivés et interpellés par votre aura, je ne vois pas vraiment le pourquoi de les maintenir au prix fort de voir toute la Mauritanie ou du moins une bonne partie de ses composantes se froisser inutilement pour de petites querelles entre courtisans !
Monsieur le Président de la République ça ne va pas et il y a lieu de changer d’approche avec un nouveau départ qui redonnera l’espoir à tous ces mauritaniens qu ne comprennent plus et ne savent plus où vraiment mettre la tête !

Idoumou Ould Beiby

AUCUN COMMENTAIRE