Première visite de Ayrault en Mauritanie, partenaire privilégié de Paris

Le ministre des Affaires étrangères français se déplace avec son homologue allemand. Ce sera la troisième fois qu'il ira au Mali mais la première en Mauritanie.

0
424 Lectures
weeklyinfos.net@gmail.com
weeklyinfos.net@gmail.com

Rfi.Jean-Marc Ayrault est attendu en Mauritanie et au Mali à partir de ce jeudi 6 avril. Le ministre des Affaires étrangères français se déplace avec son homologue allemand. Ce sera la troisième fois qu’il ira au Mali mais la première en Mauritanie. Nouakchott, première étape donc de ce déplacement, n’a pas accueilli beaucoup de visite d’officiels français ces dernières années, mais n’en est pas moins un partenaire privilégié de Paris.

Cette visite de Jean-Marc Ayrault en Mauritanie sonne comme un rattrapage. Les relations bilatérales sont bonnes, mais le partenariat entre les deux pays n’a peut-être pas été assez valorisé ces derniers temps, confie-t-on au Quai d’Orsay.

Pourtant la Mauritanie accumule les bons points aux yeux de Paris : c’est un partenaire jugé « très fiable » en termes de sécurité, un pays qui a fait ses preuves puisqu’aucun acte terroriste n’a été signalé depuis 2011.

Mais ce n’est pas tout. Le ministère français des Affaires étrangères rappelle que la Mauritanie joue un rôle actif au sein du G5 Sahel, et qu’elle s’est aussi illustrée sur le plan diplomatique dans la résolution de la crise gambienne ou encore lors de la COP21 sur les questions de changement climatique.

Paris concède cependant quelques divergences sur les questions de droits de l’homme. Le cas du blogueur Ould Mkheïtir condamné à mort en 2014 pour apostasie, et la question de la peine de mort en général sont des sujets qui ont vocation à être discuté avec le président assure le Quai d’Orsay.

Jean-Marc Ayrault rencontrera ce jeudi le président Ould Abdelaziz ainsi que plusieurs représentants d’association de défense des droits de l’homme. Aucun entretien n’est en revanche prévu avec l’opposition politique, qui accuse depuis plusieurs jours le président de vouloir violer la Constitution en organisant un référendum constitutionnel.

AUCUN COMMENTAIRE