Japon/Mauritanie : Coopération au beau fixe

0
274 Lectures
weeklyinfos.net@gmail.com
weeklyinfos.net@gmail.com

RMI Biladi – En matière de coopération bilatérale, le Japon se situe au niveau peloton de tête des pays partenaires de la Mauritanie. Un constat particulièrement pertinent dans le domaine de la pêche, une des principales richesses de la Mauritanie, qui dispose d’une façade de 700 kilomètres et de l’une des côtes les plus poissonneuses au monde.

Jun Yoshida, ambassadeur de l’empire du soleil levant dans notre pays, a saisi l’occasion des festivités marquant la célébration du 55é anniversaire de l’indépendance nationale à Nouadhibou, cité portuaire, minière et capitale économique, pour faire un tour dans la grande métropole du Nord.

Une visite au pas de charge effectuée du jeudi 26 au samedi 28 novembre, avec pour. Objectif de passer en revue les nombreuses réalisations fruits du partenariat entre Nouakchott et Tokyo : Déminage et Désamorçage d’engins explosifs (dégâts collatéraux du vieux conflit du Sahara Occidental) dans le Nord.

Projet d’extension de la l’Ecole Nationale d’Enseignement Maritime (ENEMP). Inauguration de l’extension du Port de Pêche Artisanale de Nouadhibou. Projet de construction d’embarcations pour la pêche côtière. Achèvement du projet de suivi pour la réfection des navires dédiés à la recherche océanographique.

Le projet de déminage et de désamorçage d’engins explosifs de la zone frontalière de la région de Nouadhibou, en appui au Programme National de Déminage Humanitaire pour le Développement (PNDHD), dirigé par le commandant Moustapha Ould Cheikhna, a été réalisé grâce à un financement de 142.794 euros, soit environ 55 millions d’ouguiyas. Une enveloppe qui a permis l’acquisition des équipements nécessaires à l’opération.

Quant à la mise en œuvre sur le plan technique, elle a été assurée par l’ONG internationale NORWEIGIEN People AID (NPA). L’action a rendu effectif le déminage de 3.284.183 mètres carrés dans une zone frontalière fréquentée par 150.000 à 200.000 nomades.

Tout pour la pêche

En fait, les principales réalisations de la coopération japonaise dans la capitale économique concernent le secteur de la pêche, vital pour l’économie nationale. Il s’agit de l’extension de l’Ecole Nationale d’Enseignement Maritime et des Pêches (ENEMP), qui a bénéficié d’une aide non remboursable de 603 millions de yens, soit 1,8 milliards d’ouguiyas.

Une action qui a permis « le renforcement des capacités de formation du personnel dans le secteur des pêches, grâce notamment à la présence d’experts japonais ».

Temps fort de la tournée du diplomate nippon, la cérémonie d’inauguration du projet d’extension du Port de Pêche Artisanale de Nouadhibou, qui s’est déroulée le vendredi 27 novembre, en présence du président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Un projet réalisé grâce à une enveloppe de 3,35 milliards d’ouguiyas. Ainsi, un quai de 200 m pour les bateaux de pêche côtière et 4 pontons d’amarrage de pirogues et une digue de 402 m, ont été réalisés dans le cadre de l’opération.

Celle-ci a pour conséquences une augmentation des capacités d’accueil de l’infrastructure, qui passe à plus de 3000 pirogues. « La coopération japonaise inscrit la dimension durabilité dans toutes ses actions d’appui au profit de la pêche en Mauritanie » explique un document de la chancellerie nippone.

Il faut également ajouter à cette liste la réalisation d’un projet de construction d’embarcations FRP de pêche côtière, qui a permis la construction de 15 unités de 5 tonnes, dont 10 déjà à la disposition des marins mauritaniens.

Ainsi que l’achèvement du projet de réfection des navires océanographiques. Ces outils « contribuent aux recherches scientifiques sur les ressources halieutiques dans les eaux mauritaniennes et permettent d’obtenir des informations essentielles sur les ressources de la mer ».

AUCUN COMMENTAIRE