Mauritanie-Sénégal : jusqu’où les éternels retournements ?

En un mot,entre le Sénégal et la Mauritanie,existe une Histoire d'amour naturel,de fraternité,de sang,de culture,de Religion,de bon voisinage,de relations multiples,légendaires et de cohabitation vieilles de plusieurs siècles et que les Politiques,par moment,ne manquent pas d'y mettre un peu d'ordres,de couleurs et d’ingrédients mais sans jamais pu réussir à enlever la saveur - notion des États Oblige .

0
720 Lectures
weeklyinfos.net@gmail.com
weeklyinfos.net@gmail.com
En un mot,entre le Sénégal et la Mauritanie,existe une Histoire d’amour naturel,de fraternité,de sang,de culture,de Religion,de bon voisinage,de relations multiples,légendaires et de cohabitation vieilles de plusieurs siècles et que les Politiques,par moment,ne manquent pas d’y mettre un peu d’ordres,de couleurs et d’ingrédients mais sans jamais pu réussir à enlever la saveur – notion des États Oblige  .
La Mauritanie et le Sénégal sont deux pays liés par la géographie et l’Histoire et se partageant presque un seul peuple . Cependant,il sied de rappeler que les autorités sénégalaises semblent,parfois oublier ces paramètres qui condamnent ces deux pays à mettre les bouchées doubles afin de mettre en place des politiques et des approches susceptibles de réduire les tracasseries administratives de part et d’autres et de favoriser une coopération gagnant-gagnant et ce dans le cadre d’une coopération sud-sud plus pertinente …
Cependant,on voit bien que la proximité et le partage en commun de pas mal de choses : l’Islam et ses différentes confréries Tidjaniya,Ghadriya, Soufiaya …,l’Organisation de Mise en Valeur du Fleuve Sénégal ,la population,l’océan,le pâturage,le gaz et beaucoup d’autres choses … n’a pas toujours empêché,par moment,l’existence de quelques soucis, tensions et mésententes …
L’Histoire politique des deux Gouvernements a passé par des moments difficiles mais les populations,elles,n’ont jamais réellement accordé de de grandes importances aux décisions politiques car les liens sont tellement forts qu’ils finissent toujours par aplanir toutes les sources de mésentente et autres …
Les Présidents Leopold Sedar Senghor et Mokhtar Ould Daddah de 1960 étaient de grands amis et si on jette un regard sur les archives réciproques ,on peut remarquer qu’ils ont toujours su mettre l’accent sur les liens multiples qui peuvent unir les deux peuples et ce au delà des problèmes du quotidien et c’est ce qui fait que le soutien du Sénégal a toujours été au rendez-vous …
Avec Maouiya Ould Sid’Ahmed Taya et Abdou Diouf,apparaissent des phénomènes et problèmes nouveaux des Flam,les événements de 89,les déportations,le problème des Vallées fossiles …mais la raison a toujours fini par prévaloir …
Le Sénégal via son Ministre des Affaires Étrangères Gadio a brillé lors de la crise politique au lendemain du Coup d’Etat fomenté par Mohamed Ould Abdel Aziz contre Maouiya et Sidi Ould Cheikh Abdellahi et a abrité les pourparlers et accords de Dakar entre le Gouvernement et l’Opposition …
Plus tard,les deux pays sous la houlette des Présidents Macky Sall et Mohamed Ould Abdel Aziz connaitront beaucoup de rapprochements et surtout la signature de beaucoup de traités,accords et conventions en matière de coopération bilatérale et de sécurité entre autres …
Multiplications des rencontres,des visites et surtout la mise en place d’une réglementation du Trafic entre les deux pays séparés par endroits de moins de 200 mètres de frontières fluviales  …
C’est dans ce sens que récemment et à la veille de la tenue du Sommet arabe de Nouakchott,les éleveurs mauritaniens se sont vus expulser par le Sénégal créant chez leurs voisins mauritaniens une multitude de questionnements …
En réaction à la décision,la Mauritanie joue l’apaisement en déclarant que c’est une bonne décision même si elle voit de mauvais œil le fait qu’elle n’a pas été consultée …
Quelques jours après,craignant le retour de l’ascenseur,le Sénégal revient sur sa décision mais les observateurs mauritaniens y voient une fleur jetée au Maroc qui n’a pas digéré le fait que la Mauritanie ait accepté d’accueillir sur ses Terres le Sommet arabe qu’elle a refusé d’héberger sur ses Terres … Le désistement du Maroc d’accueillir ce Sommet très attendu et sa tenue en Mauritanie a indisposé donc le Maroc qui,de surcroit n’a pas apprécié aussi l’envoi d’une délégation mauritanienne à la République du Sahara pour assister aux obsèques de son Président qui vient de décéder …
Voilà grosso modo et d’une manière assez brève le pouls politique des relations entre les deux voisins la Mauritanie et le Sénégal,ces deux pays que Tout lie et qui sont,au delà de Tout condamnés à vivre ensemble …
 Nani Ould Chrougha,le ministre mauritanien des Pêches,a déclaré hier, à l’issue du conseil des ministres, que la cause directe de la crise avec les pécheurs sénégalais se trouve dans la volonté du gouvernement d’appliquer une nouvelle réglementation à ce secteur.
Il a indiqué que le poisson pêché en Mauritanie doit être débarqué d’abord dans le pays ou transbordé de bateau en bateau, ce qui pose problème pour les pêcheurs sénégalais qui ne disposent que de pirogues en bois ce qui ne facilite pas l’application de cet accord .

Le ministre mauritanien des Pêches est revenu sur l’accord signé avec Dakar qui permet aux pêcheurs sénégalais de pêcher 50000 tonnes de poisson par an et de disposer de quelque 400 licences de pêche.

En matière de Pêches,il sied de rappeler que beaucoup de sénégalais vivent en Mauritanie et ce sans oublier les autres secteurs économiques et c’est pourquoi et afin de réglementer les approches que la Mauritanie pense y mettre un peu d’ordre d’où d’ailleurs les pourparlers et la révision des Accords de Pêche avec l’Union Européenne et bien d’autres opérateurs économiques tels que Tasiaset,Mauritel  …

La question qui je me pose est la suivante : jusqu’à quand nos deux gouvernements doivent-ils savoir-digérer et bien digérer le fait que nous sommes deux peuples condamnés à vivre ensembles et ce loin des humeurs politiques de quelques voisins qui doivent comprendre que plus jamais rien ne sera comme avant  ?

Idoumou Ould Cheikh Ould Beiby

 

 

AUCUN COMMENTAIRE