L’héritage de Mandela dévoilé

Nelson Mandela a légué une partie de sa fortune personnelle à son personnel et à des universités mais il n'a pas laissé un rand à son ex-épouse, Winnie Mandela.

0
574 Lectures
weeklyinfos.net@gmail.com
weeklyinfos.net@gmail.com

Nelson Mandela a légué une partie de sa fortune personnelle à son personnel et à des universités mais il n’a pas laissé un rand à son ex-épouse, Winnie Mandela.

L’annonce a été faite vendredi à la Fondation Nelson Mandela, plus de deux ans après son décès, en décembre 2013.

Le chauffeur de Nelson Mandela, sa secrétaire personnelle et plusieurs écoles chères au coeur de l’ancien président sud-africain ont reçu vendredi leur part de l’héritage du prix Nobel de la paix, conformément à ses dernières volontés, deux ans après sa mort.

Au total, Mandela a laissé une fortune de de 22 millions de rands (1,2 million d’euros), dont certains bénéficiaires, non membres de la famille, ont touché leur part lors d’une cérémonie symbolique à Johannesburg.

L’héritage de Nelson Mandela a donné lieu à de très fortes tensions, et sa maison de Qunu, dans la province du Cap-Oriental (sud), est toujours l’objet d’une bataille judiciaire engagée par son ex-épouse Winnie Madikizela-Mandela.

Vendredi, l’ancien chauffeur de Nelson Mandela, Mike Maponya, qui a travaillé pour lui pendant 23 ans, a reçu un chèque de 50.000 rands (2.800 euros ou 3.200 dollars).

Il s’est dit « profondément peiné et heureux » de ce leg .

« C’est typique de la gentillesse et de la générosité de Madiba », a-t-il estimé, en faisant référence au nom de clan de Mandela affectueusement repris par la plupart des Sud-Africains.

« Je ne suis pas surpris qu’il ait laissé quelque chose à tant d’entre nous. Peu de gens auraient fait ça », a-t-il encore ajouté.

La secrétaire de Nelson Mandela, Zelda la Grange, qui n’était pas présente vendredi, a aussi reçu 50.000 rands.

Parmi les autres bénéficiaires qui ont obtenu leur chèque vendredi figurent l’université sud-africaine de Fort Hare, où Mandela a étudié, l’école primaire de Qunu, sa première école, et le lycée Orlando West dans le towsnhip de Soweto où il a vécu.

L’un des exécuteurs testamentaires de Nelson Mandela, Dikgang Moseneke, a salué l’attitude de la famille dans la mise en oeuvre de l’héritage.

« Malgré les spéculations récurrentes dans les médias, il n’y a pas eu de conflit dans la famille. Elle était unie, (…) elle est restée digne de l’amour qu’elle avait pour lui », a-t-il affirmé.

AUCUN COMMENTAIRE