RDC: silence on meurt

En République Démocratique du Congo, on peut tout faire, ou presque, tout le monde s'en fout. Dans l'est du pays, on massacre en silence. De centaines de Congolais, des femmes et des enfants sont assassinés de manière atroce par des groupes armés sans que cela entraîne un minimum de réactions. Les morts au Congo n'auraient donc pas la même valeur que les morts en Europe ou ailleurs en Occident.

0
1 234 Lectures
weeklyinfos.net@gmail.com
weeklyinfos.net@gmail.com

En République Démocratique du Congo, on peut tout faire, ou presque, tout le monde s’en fout.

Dans l’est du pays, on massacre en silence. De centaines de Congolais, des femmes et des enfants sont assassinés de manière atroce par des groupes armés sans que cela entraîne un minimum de réactions. Les morts au Congo n’auraient donc pas la même valeur que les morts en Europe ou ailleurs en Occident. Il n’y a que la société civile pour dénoncer ce qui se passe dans la région de Béni. Les hashtags #jesuisbeni ou la campagne « Brisons le silence » ne sont que peu relayés.

#JesuisBeni mais #jenesuispasKabila

Dans l’ouest du pays, ce ne sont pas les morts, mais l’avenir du président Joseph Kabila qui fait débat. Va-t-il oui ou non violer la constitution pour rester au pouvoir? L’opposition en est convaincue. La Cour constitutionnelle a rendu un arrêt qui permet à Joseph Kabila de rester en place si l’élection présidentielle n’est pas organisée dans les temps, d’ici la fin de l’année. Son principal opposant Moïse Katumbi est accusé d’atteinte à la sûreté de l’État. Il a quitté le Congo pour l’Afrique du sud, c’est un obstacle de taille en moins pour le président en place. Joseph Kabila a eu le temps d’observer ce qui s’est passé dans les pays voisins du Congo.

Finalement, il suit l’exemple des président rwandais et burundais. Il montre que l’on peut faire taire l’opposition ou réprimer ceux qui osent réclamer le respect de la constitution. Il montre aussi que les dirigeants africains n’ont plus rien à faire des timides leçons de morale des Occidentaux. Ils ne sont d’ailleurs pas toujours les mieux placés pour invoquer la bonne gouvernance.

Les Occidentaux ont autre chose à faire que de s’occuper du Congo

Que fait la communauté internationale pour tenter de mettre fin aux massacres dans l’est du Congo ? Les formules diplomatiques sont connues: on regrette, on est particulièrement concerné, on est préoccupé, on appelle les différentes parties au dialogue, on menace de sanctions. Mais il ne faut pas attendre grand chose de plus: les Américains sont en campagne pour l’élection présidentielle, les dirigeants européens ont les yeux rivés sur les migrants qui espèrent toujours rejoindre l’Europe, ils s’inquiètent des conséquences d’un éventuel Brexit au cas où les Britanniques décideraient de quitter l’Union européenne. Les Français sont entrés dans l’ère Mad Max, ils se demandent s’ils auront encore de l’essence et de l’électricité demain.

Quant aux Belges, ils ne savent plus comment sortir des grèves à répétition. Dès lors, Joseph Kabila ne doit pas trop s’inquiéter et les groupes rebelles peuvent continuer à massacrer les civils… les Occidentaux ont autre chose a faire…

Maryse Jacob

AUCUN COMMENTAIRE