Mauritanie/UE : validation de l’accord de pêche

Signé depuis juillet 2015, l’accord de pêche entre l’Union Européenne et la République Islamique de Mauritanie a été validé ce mardi par le parlement européen à l’issue d’une séance plénière qui s’est déroulée à Bruxelles. En vertu de l’accord, les navires européens auront le droit d’accéder à plusieurs espèces de poissons dans la zone exclusive mauritanienne « crevettes, des poissons démersaux, des petits poissons pélagiques, du thon ». L’accord approuvé mardi a une durée de validité de 4 ans.

0
447 Lectures
weeklyinfos.net@gmail.com
weeklyinfos.net@gmail.com

Signé depuis juillet 2015, l’accord de pêche entre l’Union Européenne et la République Islamique de Mauritanie a été validé ce mardi par le parlement européen à l’issue d’une séance plénière qui s’est déroulée à Bruxelles. En vertu de l’accord, les navires européens auront le droit d’accéder à plusieurs espèces de poissons dans la zone exclusive mauritanienne « crevettes, des poissons démersaux, des petits poissons pélagiques, du thon ». L’accord approuvé mardi a une durée de validité de 4 ans.
Sa contre partie financière permet au gouvernement mauritanien de toucher annuellement une enveloppe de 59,125 millions d’euros, dont « 55 millions d’euros pour les totaux admissibles de captures et 4,125 millions d’euros au titre de soutien à la politique de développement du secteur de la pêche en Mauritanie ».

Le précédent accord, liant Nouakchott à Bruxelles, dans le cadre d’un protocole de pêche reconduit régulièrement depuis plusieurs années, couvrait la période 2012/2014. Pour gérer la période précédant la validation du lien contractuel, Nouakchott et Bruxelles avaient signé un protocole provisoire le 16 novembre 2015. Les bateaux européens qui pêchent dans la zone exclusive mauritanienne sont majoritairement espagnols (plus de la moitié du contingent), italiens, portugais, français, allemands et lettons.
Le premier accord de pêche entre la Mauritanie et l’Union Européenne (UE) remonte à l’année 1989.

Source : Financial Afrik

AUCUN COMMENTAIRE