Mauritanie : le Hodh ou l’éternel retournement de la Comédie -Tragédie !

Et bien,on aura beau au nom de fameux partis cartables ou de dosages politiques ou d'équilibres ou de calculs ou de quantités ou de quotités ... imposé des élus,nommé des ministres,des premiers ministres, placé ça et là des individus particuliers mais tout ça ne sera que caduc quand ce monde fou s’éveillera un jour voire se réveillera un jour pour découvrir que depuis presque toujours,il ne fait que subir ...

0
518 Lectures
weeklyinfos.net@gmail.com
weeklyinfos.net@gmail.com

Le Hodh et la Comédie des élus
a été le titre d’un article pamphlétaire ou presque que j’ai publié dans les colonnes de l’honorable Journal LA TRIBUNE de Mr Mohamed Vall Ould Oumer les années fin 1990 qu’il en soit remercié …
Aujourd’hui,presque 20 ans après,je ne sais pourquoi,j’ai toujours l’impression que la même Comédie se joue,que la même Comédie continue à se jouer et parfois même plus sournoise et plus cynique contre tout un monde de braves gens sans histoire et qui ne cherchent qu’à vivre dans une République où chacun doit avoir sa place …
Et bien,on aura beau au nom de fameux partis cartables ou de dosages politiques ou d’équilibres ou de calculs ou de quantités ou de quotités … imposé des élus,nommé des ministres,des premiers ministres, placé ça et là des individus particuliers mais tout ça ne sera que caduc quand ce monde fou s’éveillera un jour voire se réveillera un jour pour découvrir que depuis presque toujours,il ne fait que subir … qu’il ne fait qu’applaudir,qu’il ne fait qu’aimer et chérir,qu’il ne fait que légitimer sans qu’on lui ait vraiment tendu la perche et la passerelle !
Jusqu’où – ya toura – continuera-t-on à nous bercer et à nous trainer dans la boue alors que tous ou presque tous ceux qui sont censés plaider les bonnes causes sont toujours ceux là qui veulent maintenir le statuquo afin de ne pas perdre des privilèges éphémères face à des solutions idoines et pérennes ne serait-ce que parce qu’elles s’inscrivent dans la durée !
Des régions frontalières et de surcroit fidèles grenier électoral de tous les locataires du Palais Brun,méritent bien un traitement meilleur,un traitement particulier et surtout des approches plus pertinentes et à la hauteur des défis …

En fait,les exemples de cette comédie qui ne dit pas son nom ne manquent pas et c’est là où le bas blesse … Plus,je pense que le danger,tout le danger qui finira par embraser et provoquer l’implosion – laghadara Allah – trouve dans ce projet cynique là toute sa justification … Faire de ces braves populations des cobayes et des moutons de Panurge donne la nausée et l’envie de vomir …

A titre d’exemple, Amourj,au Hodh Charghi,mon bled,au lieu d’avoir plus de 08 grandes Communes pour pas moins de 100.000 habitants ruraux et vivant sur une frontière poreuse, à deux pas de Waghadou,de l’Azawad,de l’Azawak … reste handicapé avec 03 misérables Communes rurales,un Commissariat de Police de fortune,une brigade et puis rien ou presque rien d’autres pour tout un monde pourtant pauvre bien que jusqu’à hier seulement fier en menant une vie agropastorale devenue presque impossible car les défis sécuritaires et autres crimes transfrontaliers doublés du Terrorisme barbare obligent à se confiner sur un Territoire de misère taillé sur mesure depuis les temps des calculs coloniaux …
Au Hodh, la Comédie, à défaut de réajuster,de réhabiliter,de semer et d’entretenir les actions qui perdurent,risque de tourner en Tragédie et c’est dommage !

Idoumou Ould Beiby

AUCUN COMMENTAIRE