Burundi : l’UA va renforcer sa mission d’observation

0
355 Lectures
weeklyinfos.net@gmail.com
weeklyinfos.net@gmail.com

Au Burundi, les chefs d’Etat du Gabon, du Sénégal, de la Mauritanie et de l’Afrique du Sud ainsi que le Premier ministre éthiopien ont rencontré le Président Pierre Nkurunziza et ont obtenu le renforcement des experts militaires et des observateurs des droits de l’homme de l’Union Africaine dans le pays.

Après deux jours de consultation avec « tous les acteurs burundais », les quatre chefs d’Etat africains, notamment du Gabon, du Sénégal, de la Mauritanie et de l’Afrique du Sud, ainsi que le Premier ministre éthiopien, ont d’abord « exprimé leurs inquiétudes face aux niveaux de violence et à l’instabilité dans laquelle se trouve le Burundi » et proposent leurs solutions de sortie de crise, relève RFI.

La délégation de l’Union Africaine a demandé au médiateur ougandais d’organiser, le plus vite possible, une nouvelle session d’un dialogue inclusif ouvert à « tous les acteurs importants de la crise ». Elle a en outre tenté de convaincre Pierre Nkurunziza de renouer le dialogue avec ses opposants que le pouvoir burundais qualifie de « putschistes ».

Comme acquis, les observateurs ont obtenu le renforcement des experts militaires et des observateurs des droits de l’Homme de l’UA. Leur nombre sera porté à 100 pour chaque département.

Cette rencontre pourrait être une bonne opportunité pour le Burundi, d’autant que la délégation a par ailleurs demandé à la Communauté internationale de reprendre son aide à ce pays plongé dans une grave crise.

Pour sa part, s’agissant du dialogue inclusif, Bujumbura ne compte pas dialoguer avec les acteurs qualifiés de « non pacifiques » par le pouvoir, notamment le CNARED (Conseil national pour le respect de l’accord d’Arusha et de l’Etat de droit au Burundi), la principale plateforme d’opposition, que Bujumbura accuse d’être derrière les violences.

Dans un communiqué les autorités burundaises insistent que les observateurs des droits de l’Homme et les experts militaires qui sont déployés au Burundi seront chargés de surveiller lAfrik.com – a frontière avec le Rwanda, accusé de saper la stabilité du Burundi.

Source : Afrik.com

AUCUN COMMENTAIRE