Nigeria : retour houleux des filles détenues par Boko Haram

0
549 Lectures
weeklyinfos.net@gmail.com
weeklyinfos.net@gmail.com

Selon un rapport de l’ONG Alert et Unicef, les jeunes filles qui étaient détenues par la secte Boko Haram sont confrontées à un retour houleux au sein de leur communauté. En cause : souffrances psychologiques, soupçons de radicalisation et rejet de l’enfant né durant la captivité.

En 2014, l’enlèvement de 300 jeunes filles au village de Chibok avait suscité une mobilisation internationale. Grâce à la campagne « Bring back our girls », le monde s’était emparé du sort de celles qui, du jour au lendemain, étaient devenues les esclaves de Boko Haram. Deux ans plus tard, la secte perd du terrain et l’armée parvient à récupérer certaines d’entre elles. Sauf que cette libération se révèle plus difficile que prévue.

Selon un rapport publié cette semaine par l’ONG Alert et Unicef, la réintégration dans leur communauté des jeunes filles récemment libérées dans le nord du pays s’avère houleux.

C’est en tout cas ce qui ressort des témoignages recueillis dans plusieurs camps de réfugiés, situés dans l’Etat de Borno. Et pour cause précise l’ONG dans son rapport, la plupart d’entre elles ont été violées. Elles deviennent ainsi « difficiles à marier », selon le père de l’une d’entre elle, dont le témoignage a été recueilli par l’ONG.

Même si cela n’a pas été le cas, le doute s’est parfois installé au sein de leurs familles, qui redoutent que les « fiancées de Boko Haram » ne se soient radicalisées.

Par: Abdoulaye NDIAYE

Source : afrique360.com

AUCUN COMMENTAIRE