L’échec de la sexualité humaine

0
580 Lectures
weeklyinfos.net@gmail.com
weeklyinfos.net@gmail.com

En clinique, on constate le désastre sexuel qui empoisonne notre société dite ‘civilisée’ et qui est en parti responsable de l’échec de la sexualité humaine. Ce désastre est une sexualité centrée sur le seul instinct – celui du plaisir. Quand la sphère du plaisir est surdéveloppée au détriment des dimensions affectives et spirituelles on devient déséquilibré.

Il faut en venir à développer notre santé sexuelle au globale. Ceci se fait tant au niveau physique, affectif que spirituel. Il faut renouer et entretenir la pulsion sexuelle (cette force qui pousse à créer et à aimer). Elle nous pousse à entrer en relation avec soi-même et avec d’autres. Un être humain vivant doit se prolonger dans la création. Il doit créer des liens ainsi que des relations tant aux niveaux humain que spirituel.

Cerveau pornographisé

Le cerveau est l’organe sexuel principal de l’humain. Évitons de le remplir de  »cochoneries ».

Quand la blessure n’est pas traitée, la pulsion érotique prend facilement le dessus, car le cerveau cherche naturellement le plaisir. En ne traitant pas nos blessures, cette pulsion érotique peut rapidement prendre le chemin de la déviance. Quand on ne vit qu’au niveau ‘physique’ on a toujours besoin de plus pour se contenter sexuellement.

Le gouvernement du Québec a investi des millions dans un projet pilote pour ramener les cours d’éducation sexuelle dans certaines classes.  Malheureusement, ce cours considère principalement les aspects bio-physiologiques de l’être humain.  Notre éducation sexuelle enseignée par des professeurs non-formés se résume principalement à comment éviter les infections transmises sexuellement (ITS/MTS) ainsi que les grossesses non désirées. Bien qu’il y ait une ouverture, on ne parle pas trop des aspects affectifs et spirituels.  On parle peu d’amour (ou trop tard dans le cursus) ni de pulsion sexuelle.

En l’absence d’une éducation sexuelle adéquate nos jeunes utilisent l’Internet pour ‘s’éduquer’. Le porno a rempli ce vide.  Nous vivons de plus en plus, le phénomène du ‘fun’ à n’importe quel risque et à n’importe quel prix.  Très tôt, les enfants apprennent que la sexualité, c’est du sexe pour du sexe – du cul sans amour. De plus, avec ces valeurs de dominance; d’objectivation du corps et l’absence de communication, nos jeunes en viennent à être incapables d’avoir des relations sexuelles dites ‘saines’.

Les parents, le corps professionnel et l’État ont la responsabilité de promouvoir la santé globale et la croissance humaine.

En tant que société, nous semblons ignorer que l’acte sexuel ne se limite pas à des organes génitaux qui peuvent produire des sensations fortes. Pourquoi continuer à offrir des propositions qui se limitent au pénis, au vagin, au condom et aux hormones ? En sexologie, il est reconnu que le principal organe sexuel de l’être humain est le cerveau.

Le cœur d’une sexualité humaine, c’est l’expérience affective d’où découlent les émotions et les sentiments et par conséquent, la satisfaction ou la détresse de l’être humain.

Marie-Paul Ross

Source : mariepaulross.com

AUCUN COMMENTAIRE