Culture /Artisanat : la ministre clarifie !

0
331 Lectures
weeklyinfos.net@gmail.com
weeklyinfos.net@gmail.com

Adrar Info – Les dissensions, différends, voire conflits qui opposent les membres de certaines associations relevant du ministère de la culture et de l’artisanat : (écrivains poètes, Musiciens, Artisans, tireurs cible traditionnelle, acteurs de théâtre, cinéastes, plasticiens etc… ) ont été le menu principal de l’émission « Mizane Chaab » ( jugement du peuple) du mardi 12 janvier, dont l’invitée était la ministre Hindou Mint Ainina.

S’exprimant en hassanya simple poivré de mots français courants, compréhensibles du grand public, la ministre a expliqué le rôle de son département tentant par cela de gommer des esprits les équivoques et mauvaises compréhensions du rôle de ce ministère.

Elle a particulièrement insisté sur les missions d’administration, de conseil, de tutelle, de réalisations d’infrastructures et d’encadrement . Pour elle,les acteurs culturels doivent se constituer, prendre les initiatives, chercher les sponsors, bailleurs de fonds privés et organiser les manifestations.

Valoriser le patrimoine culturel dans tous ses aspects, formes et types est un travail d’ensemble qui nécessite acteurs, moyens financiers et public réceptif, a-t-elle répété plusieurs fois.

La ministre a, par ailleurs, répondu aux nombreuses critiques adressées par les acteurs, opérateurs et concernés par les secteurs de la culture et de l’artisanat.

Elle a déploré les litiges et différends au sein de certaines associations, expliquant que ces dissensions sont l’œuvre des acteurs et membres eux-mêmes de ces groupements. Elle a indiqué que les associations sont autorisées par le ministère de l’intérieur et de la décentralisation et que la loi définit les modalités des élections et les procédures de règlement des litiges. Concernant la cible, elle a expliqué que la commission technique chargée de trouver une solution au litige est composée des représentants des ministères de la défense qui autorise les armes et les minutions , le ministère de l’intérieur et la décentralisation qui livre les récépissés d’autorisation et en 3eme lieu le ministère de tutelle.

La ministre a tenu à faire la part entre les aspects récréatifs et lucratifs au sein de l’espace culturel.

Dans le premier cas, il s’agit d’un patrimoine légué par les us et pratiques du passé ( tir à la cible et autres jeux traditionnels) ; Familles et personnes- sources, mémoire de nos valeurs culturelles ( forgerons, griots traditionnels) ou détentrices de manuscrits et bibliothèques etc. A ces catégories, le ministère apporte assistance et traitement particulier.

Dans le deuxième cas, il s’agit de professionnels en art qui pratiquent des activités à caractère commercial et lucratif desquelles ils tirent rendement et profits, leur permettant de s’autogérer: ( cinéastes, acteurs de théâtres, musiciens, plasticiens, écrivains-poètes.etc) . Le ministère projette de leur construire les infrastructures nécessaires et les appuyer s’ils en manifestent le désir.

La ministre a déploré que le temps imparti a l’émission ne lui ait pas permis d’aborder et d’éclairer d’autres aspects et facettes de la culture.

ESK

AUCUN COMMENTAIRE