L’ambassadeur américain à Belgrade Michael Kirby a jeté une lumière crue sur la « vraie nature » des relations instaurées entre la Russie et la Serbie.

0
247 Lectures
weeklyinfos.net@gmail.com
weeklyinfos.net@gmail.com

« Certains sont portés à estimer que c’est la Russie, et pas l’Union européenne (UE), que la Serbie considère en tant que partenaire économique majeur. A l’en croire vos médias (serbes, ndlr), la Russie ne vous a pas versé un sou à fonds perdu. A la différence de Moscou, Washington a accordé à la Serbie des millions de dollars d’aide sans espoir de rendement. Cependant, les Serbes ne se souviennent que des bombes (larguées sur la Yougoslavie en 1999, ndlr). Il faut être réaliste au lieu de vivre d’illusions », a-t-il souligné dans une interview accordée au journal serbe Vecernje novosti.
Toujours est-il que l’ambassadeur américain a préféré passer sous silence certains aspects de cette générosité hors du commun. Et pour cause!
L’intégration européenne de la Serbie, un choix sans pressions
Au cours de la campagne de bombardement de la Yougoslavie en 1999, orchestrée par l’Otan, ont été endommagés ou mis en pièces plusieurs usines spécialisées dans l’industrie chimique ou la construction automobile, ainsi que divers objets stratégiques de haute importance, dont notamment des usines textiles et des fabriques de chaussures. Les frappes américaines ont détruit au moins 18 jardins d’enfants et 69 écoles secondaires. D’après des experts serbes indépendants, le dommage total s’élève à 29.6 milliards de dollars.

Selon diverses estimations avancées par des expertes serbes et étrangers, les frappes de l’Otan ont causé la mort d’au moins 2.500 civils, dont 89 enfants. Environ 10 tonnes de bombes à l’uranium appauvri ont été larguées sur le territoire serbe, ce qui a provoqué à long terme une augmentation considérable de la mortalité due au carcinome.

« Si cette tendance se maintient, la Serbie comptera 5.500 cas de cancer enregistrés pour un million d’habitants. Par rapport à l’indice moyen (2.000 malades pour un million de personnes), ce chiffre ne manque pas d’inquiéter », a souligné le professeur Cikaric président de l’Association serbe de lutte contre le cancer.

Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20151225/1020560567/usa-russie-serbie-relations-yougoslavie.html#ixzz3vMKTggcz

AUCUN COMMENTAIRE