L’émir El Kevya Ould Bouçeif, gloire et déclin d’un Émir , Par Idoumou Ould Beiby

1
853 Lectures
weeklyinfos.net@gmail.com
weeklyinfos.net@gmail.com

J’ai suivi avec attention un bel reportage,juste ou en partie juste retransmis par une chaine de télévision privée sur les derniers moments du dernier émir de la grande Tribu des Oulad Mbareck El Kevya Ould Bouçeif qui,en réalité vivait non pas chez les Mechdoufs comme le prétendait Mr Hamoud Ould Ely dans son article écrit en arabe sur le dit émir mais bel et bien chez les Oulad Bouhoumoud bien avant les accrochages et batailles rangées qui les opposaient aux Mechdoufs lors de leur descente ou arrivée du Tagant et ce après l’implosion ou dislocation de l’Emirat Oulad MBareck au Hodh Charghi!
Pour l’occasion,j’aime situer les faits et c’est dans ce sens,qu’il est à noter que les Oulad Mohamed ou Bouhoumoud ou Mouhoumoud,cette tribu hautement guerrière,célèbre,aujourd’hui,à tord ou à raison pour le Chowm ou la Chiromancie,est un grand ensemble qui occupe,aujourd’hui tout l’espace de la moughataa d’Amourj-Adel Bagrou,tout le long de la frontière avec le Mali avec,parfois des poches allant vers l’Azawad et jusqu’à Katy,près Bamako du Mali …
Au beau temps donc de la domination des Oulad MBareck,cette Tribu se confondait avec les Oulad Mbareck ne se serait-ce que parce que Mohamed,ancêtre éponyme des Oulad Mohamed est le fils de Mbareck,l’ancêtre éponyme des Oulad Mbareck et ainsi,elle constituait une khalva en terme guerrier càd une base militaire et une force de frappe redoutable dudit Emirat et quand l’Emirat s’est émietté,c’est cet ensemble là qui prit le relai et le flambeau et domina à son tour tout le Hodh Charghi et ce au moment où les Mechdoufs étaient encore au Tagant,suite aux harcèlements qu’ils subissaient des autres tribus guerrières …
A la descente ou arrivée des Mechdoufs du Tagant où ils étaient exilés,contraint par les Oulad MBareck et autres d’où la célèbre etheydina dite à l’émir Khattri Ould Amar Ould Ely pour l’amener à ne pas entreprendre des poursuites à leur encontre et qu’immortalise : – خطري لمول 222 مشظوف اساق – que chantent encore tous les griots,ils trouvèrent donc devant eux non pas les Oulad MBareck mais bien les Oulad Mohamed,cette branche cadette qui se charge de la défense et des intérêts du nouveau conglomérat pour ne pas dire émirat qu’ils fédèreront non sans de grands efforts,peines et souffrances car le désir de liberté et désobéissance vis à vis d’un pouvoir central était grand chez toutes les tribus guerrières et maraboutiques.
En réalité,les Mechdoufs sont revenus pour prendre la revanche mais ils trouvèrent que les choses ont évoluées car l’émirat en question affaibli est parti en volée !!!
Il sied de vous rappeler Mr Hamoud que la dislocation de l’Emirat Oulad MBareck était du non pas à une grande guerre ouverte avec d’autres Tribus mais bien à une implosion qui a conduit les tribus fédérées à vouloir voler de leurs propres ailes et se prendre ainsi en charge ! Ceci dit,tout ça c’était passé au moment où les Mechdoufs étaient au Tagant et versaient la Moudarat aux Idowich !
A leur descente donc,les Mechdoufs harcelés par les batailles avaient fait la proposition des 100 chamelles en plus des chevaux et autres bien en nature aux Oulad Bouhoumoud en contre partie d’un accord de bon voisinage et d’entente ce que les Oulad Mohamed ont refusé catégoriquement exigeant plus de chamelles,plus de prestiges et se sont les Countas qui étaient les médiateurs et non les chorfas Tinwajiw qui étaient et demeurent les alliés des Oulad Mbareck et des Oulad Mohamed voire fils de Cheikh el Mehdi… Après moults rencontres,le niet et le refus du collectif des chefs de fractions Oulad Mohamed d’accepter les propositions des Mechdoufs,la guerre devenait inéluctable et c’est ce qui finit par arriver près d’Aguoueinit,à Talhyat qu’on finira par appeler Talhayat limdena,relatif aux biens et présents en nature qui s’y trouvaient dans la proposition…Et là les Oulad Mohamed essuyèrent une défaite sanglante car tous leurs fusils suite au gris gris ou hajab dont les Countas connaissent le secret,ne répondirent pas et se fut le carnage !
J’ai aussi suivi une émission animée par notre ex ambassadeur et ex ministre,mon grand frère Mr Hamoud OULD ELY où il dénie l’existence de toute résistance coloniale ou moughawema à Ehel el kidya au Hodh Charghi et ce dans un élan sans précédent de dénégation comme pour faire l’apologie de la colonisation et là je lui répondrais : que diriez-vous Excellence de la perte de toutes ces vies humaines françaises et nationales ‘goumiers’ mortes à Néma,à Elbehga,à Jreiv et de toutes ces manifestations de la contestation et du refus de l’école coloniale et surtout du remue ménage tout au long de la frontière connu localement sous le nom de etmowliya 1 et etmowliya 2 voire Mali 1 et Mali 2 où la Mauritanie perdit beaucoup de ses Hratines qui avaient optés pour le statut sédentaire…?
J’ai aussi eu à lire un article rédigé en arabe et où notre illustre ambassadeur Mr Hamoud Ould Ely parle de l’émir El Kevya Ould Bouçeif d’une manière un peu légère mais explicite et dont le but avoué est de faire minimiser de son aura,de son image et celle des Oulad MBareck ou des Oulad Mohamed et ce en mettant en exergue l’éviction des Oulad Mbareck tout en voulant valoriser le rôle de sa tribu,les Mechdoufs que je respecte et que j’aime à plus d’un titre ne serait-ce que parce que allié de ma propre famille …
Erreur de jugement et d’appréciation Mr l’ambassadeur car en matière d’Histoire,l’impartialité est la condition de toute crédibilité et c’est ce qui explique tous ces droits de réponse,parfois virulents et acerbes et toutes ces attaques en ligne dont vous êtes l’objet depuis un certain temps ! Je vous connais diplomate,sage pour être assez calme,assez sage à tel point que vos amis vous ont surnommé Hamoud le DUC …
La lecture de votre article à propos de l’émir El Kevya Ould Bouçeif écrit en arabe pouvait me laisser indifférent si ce n’était le devoir du témoignage pour l’Histoire et pour le respect de la mémoire collective de cette belle époque qui fait désormais partie du patrimoine commun qu’on se partage .
Je ne reviendrai pas sur le pourquoi de ces cris et répliques qui n’ont pas été souvent tendres ni non plus diplomatiques envers vous et qui s’expliquent par le fait de l’impartialité dont vous a fait preuve en voulant nier la résistance coloniale de Ehel el kidya,en voulant légitimer et normaliser les relations avec le pays de Sharon,en voulant minimiser l’émir El kevya Ould Bouçeif,en voulant un peu mettre les battons dans les roues de cette honorable Tribu guerrière des Oulad MBareck et en voulant sciemment ignorer vos voisins les Oulad Mouhoumoud en vous attirant les honneurs …!
Vous êtes déjà un grand diplomate bien né,bien éduqué et vous devez tenir à conserver ce statut en transcendant certaines questions que pose l’énigme de l’Histoire commune faite de hauts et de bas et qui,par dessus Tout heurtent et choquent la conscience collective locale et nationale …
Les faits sont certes têtus Mr l’ambassadeur et d’après les recoupements de plusieurs sources d’informations, j’aime apporter,à mon tour,un Témoignage pour l’Histoire,afin de rétablir la vérité,rien que la Vérité avec un grand V …
Je ne partirai pas jusqu’à dire que votre article est un torchon mais je dirai qu’il véhicule des informations à vérifier,des informations à relativiser et à revoir jusqu’à la preuve du contraire …
Pour l’histoire,j’aime dire à l’ex ambassadeur et ex ministre Mr Hamoud Ould Ely que les Oulad Mbareck ne se sont jamais mesurés aux Mechdoufs et que la bataille avait eu lieu plutôt entre eux et les Oulad Mouhoumoud de l’actuel Amourj qui,après l’éclatement dudit Emirat des Oulad Mbareck ont eu à dominer le Hodh Charghi et pris donc le flambeau et la relève jusqu’à la défaite que vous citez . Vous avez cité Mr Newary et sachez que Newary n’était pas un conseiller à El kevya mais un autre guerrier et chef traditionnel de Ehil Chiki,fraction Oulad Mohamed d’Amourj…
Mr l’ambassadeur vous conviendrez avec moi qu’au Hodh Charghi,il n y a pas actuellement une entité distincte, connue,autonome qu’on appelle Oulad Mbareck autrement dire c’est pour dire qu’ils se confondent avec les Oulad Mohamed raison pour laquelle il serait impropre de dire que la bataille avait opposé les Mechdoufs à cette entité là ! Si vos propos étaient crédibles,le Hodh aurait au moins conservé des échantillons autonomes de cette Tribu ce qui n’est pas le cas aujourd’hui…On en trouve quelques familles ça et là mais leurs nombres est si dérisoire à tel point qu’ils n’ont pas à ma connaissance des knanichs propres à eux . Ceci dit,c’est pour vous dire aussi que la bataille d’Aguoueinit était menée par les Mechdoufs contre les Oulad Bouhoumoud et non contre une autre Tribu et encore moins les Oulad MBareck .
Par contre les Oulad Mohamed sont toujours là,nombreux aussi comme les Mechdoufs et toujours présents sur un territoire avec des structures bien opérationnelles et gardent toujours de bons sentiments pour les alliés de toujours !
Le motif de la guerre était donc le refus que vous citez d’ailleurs dans votre article des 100 chamelles,des chevaux et autres bien en nature que proposaient les Mechdoufs mais non pas aux Oulad MBareck ou à El Kevya Ould Bouçeif mais bien au collectif des chefs de tribus Oulad Mohamed et ce en contre partie d’un accord de paix ou d’une trêve que les Mechdoufs voulaient négocier et faire signer avec les Oulad Mohamed…Je ne nie pas qu’il y a eu des intercalations entre les Mechdoufs et les Oulad Mbareck mais c’était au temps de l’émir Khattry Ould Amar Ould Ely que chantait le Etheydin et qui l’interpellait en lui disant :  »… خطري لمول 222 مشظوف اساق  »
Vous avez cité Mohamed Sghair echeriv et pour votre information les Tinwajiw sont les alliés naturels des Oulad Mbareck et donc des Oulad Mohamed et aucun d’eux n’aurait accepté de parrainer un tel acte dans le temps initié par les Mechdoufs d’alors mais le parrainage était assuré plutôt par les Countas qui étaient les marabouts des Mechdoufs ou du moins certains d’entre eux et se sont eux qui,une fois le refus maintenu ont procédé au gris-gris ou hijab qui neutralisa les fusils ennemis- secret de polichinelle- dont tout le monde en parle .
En plus la présence de El kevya Ould Bouçeif,dernier émir des Oulad Mbareck qui vivait parmi les Oulad Mohamed était logique ne serait ce que parce que la Tribu Oulad Bouhoumoud n’est autre que la branche cadette et forte des Oulad Mbareck et qui prit la relève après l’émiettement dudit émirat Oulad MBareck …
Il est vrai qu’après la défaite des Oulad Bouhoumoud que les Mechdoufs l’ont bien traité et lui ont proposé beaucoup de choses mais,en vrai guerrier et parce que son milieu naturel Oulad Mouhoumoud était déstabilisé,évincé et n’a plus la suprématie,il a préféré prendre la retraite et voyager chez ses oncles maternels vers l’Inchiri et l’Adrar où il finira par passer ses derniers jours avant sa mort … Voilà Excellence le pourquoi …
Pour ce qui est de l’Emirat des Mechdoufs que vous avez cité,il n’a jamais vraiment existé mais il s’agissait d’une suprématie militaire et là,je retiendrai le nom de Mohamed Mahmoud qui fut un grand Chef dans un milieu où les guerriers ne sont pas prêts à le reconnaitre,à céder et à accepter certaines choses que du bout des lèvres !
Peu après l’éviction des Oulad Bouhoumoud,une autre guerre éclatera entre ces derniers et les Oulad Daoud et cette guerre entre cousins sera,elle aussi,très meurtrière et en faveur des Oulad Bouhoumoud …
En un mot,ces batailles ou guerres ont été surtout décisives en ce sens qu’elles sont pour beaucoup dans l’occupation de l’espace actuel du Hodh Charghi où vous trouverez dans des moughataas entières de grands ensembles comme à Timbedra le gros lot des Mechdoufs,à Amourj et à Adel Bagrou les Oulad Mohamed,à Djigueny,les Leghlals et à Bassiknou,les Oulad Daoud,à Oualata,ehel Oualata et lihmonatt en plus des Ehel Moulaye el hacen par contre vous trouverez à Néma confinés dans un territoire ou espace très réduit les Ehel Nema,les Ehel Taleb moctar,les Countas,les Ijoumanes,les Oulad Billeu…pour ne citer que ceux ci …
Par ailleurs,je pense qu’on pouvait bien Excellence nous faire l’économie de ces choses qui indisposent et qui fâchent !!!
En un mot,le Hodh Charghi n’a jamais été complètement pacifié et était toujours considéré par la France coloniale comme étant un prolongement naturel du Soudan français donc du Mali …
Au 1ier janvier 1945,il sera rattaché à la Mauritanie suite aux propositions du rapport de la mission coloniale de Mr Borricand …
Fort des archives coloniales sensibles,des monographies coloniales où il est question du tracé colonial de l’actuelle frontière fixée au parallèle 15°30 entre les deux pays,je ne manquerai pas d’écrire sur cette étape qui a été caractérisée par la construction du fort militaire de Oualata et de l’arrivée des français dans cette belle citée et ce en plus du transfert du commandement de Oualata à Nema suite à l’éclatement de la résistances ou moughawama de Ehil elkidya,du rôle du Chef du Ksar de Néma,Mr Moumina qui a d’ailleurs apporté aide et assistance à Ehel el kidya source du conflit qui l’opposait à Guig de Oualata …
Mr l’ambassadeur avec tous les droits d’ainesse et égards que je vous dois,j’éprouve une part de culpabilité si je tais certaines détails et certaines précisions,précisions qui ne manqueront pas de mieux vous outiller sur cet héritage commun que nous devons savoir transmettre,loin des partis pris et des colorations politiciennes et calculs !
Pour l’Histoire,il sied de rappeler à tous ceux qui pensent réécrire ou transcrire l’Histoire à leurs guises que les archives orales,coloniales,monographies et autres manuscrits sont bien là et qu’il est irresponsable de dénaturer l’Histoire,les faits que tout le monde sait rien que par manque de vision et d’informations fiables …
Le Hodh Charghi,est ce grand ensemble qui appartenait par la géographie physique coloniale au Soudan français mais par l’Histoire,les traditions et le bon sens à la Mauritanie ne serait-ce que parce que là a été bâti un grand Emirat sur les ruines de l’empire d’Aoudaghost,de Koumbi Saleh en l’occurence celui des Oulad Mbareck qui d’après tous les documents et surtout la tradition orale dont les griots se transmettaient à travers lighna et etheydin, ezragu el bilawi,esrouzi,edkhoul tendjouga,maghajougua,emreymida,…prouvent qu’il s’agissait de l’apogée d’un imposant émirat que tout le monde respectait et chantait ses épopées,ses gloires et grandeurs . Vouloir gommer ce timbre ou cachait serait bien une entreprise vouée à l »échec …
Au beau temps de leur domination dis-je les Oulad Mbareck n’ont pas eu de rival et aucune autre tribu n’osait y contester leur suprématie sur tous les plans et que le déclin de leur Emirat n’a eu lieu que suite aux dissensions internes,lesquelles rivalités ont conduit à l’implosion …
C’est durant cette période d’age d’or que sont se sont enrichies la jamba el beydha,la jamba el kehla et l’ossature de jambit liguneydiya qui sera finalisée plus tard avec l’arrivée de la colonisation à Toumbouctou par Cheikhna O Bacha qui initiera el mousti comme pour imiter,à sa manière,la marseillaise qu’entonnait la Colonne Laverdure qui,après avoir occupé le Niger,occupera le Nord du Mali avant de descendre au Hodh Charghi par le biais de Oualata…
Il est peut être vrai que les Mechdoufs ont réussi à évincer les Oulad Mohamed,mais,ils n’ont jamais érigé un émirat au vrai sens du mot comme les Oulad Mbareck ou les Oulad Bouhoumoud !
Juste après l’éviction des Oulad Mohamed,la colonisation française était presque déjà à Toumbouctou où elle signa un pacte avec Guig,chef du ksar de Oualata qui faisait le Commerce entre l’Azawad et ces contrées … Et sous peu,elle rentra à Oualata où furent convoqué tous les chefs traditionnels dont votre grand père et mon grand père aussi wil voukhour bil hagu jayiz …
Une fois là,la France coloniale essayera de mettre de l’ordre en mettant fin à toutes les hégémonies et surtout désirs de vengeance … Ils construisirent le fort militaire de Oualata et une école des fils de Chefs à Timbédra avec une cargaison à Néma-ville …
De cette école coloniale sortiront les premiers cadres du Hodh dont Bouyagui,Hamoud,Cheikh Mohd Lemine,Cheikh Ould Boida,Deiba,Taleb Ould Abderahmane,Bechir Demba,Dechagh,Cheikhna Ould Hamady,mon père Cheikh Ould Beiby,Cheikh Ould Smail,Lebatt Ould Sid’Mhamed,Mohamed Ghali Ould El bou,Ould Jelvoune et le grand frère de l’actuel Premier Ministre Yahya Ould Hademine,Mr Bouh Ould Hademine et bien d’autres …
Il sied de vous rappeler aussi à Mr l’ambassadeur Hamoud Ould Ely que le transfert du Commandement de Oualata à Néma fut opérationnel après la convocation du Chef du Ksar de Néma,Mr Moumina à Oualata pour complicité avec la résistance coloniale de Ehel el kidya et suite à la multiplication des opérations d’el Moughaweme à El behgua,à Jreiv et ailleurs …
Pour contrecarrer et désavouer Guig ,Moumina s’en sortira avec brio en disant en substance au colon,Chef de cercle de Oualata du temps: ‘si vous pensez que nous pouvons combattre la résistance ou que vous pouvez sécuriser Néma et le Hodh Charghi à partir du fort militaire de Oualata vous vous trompez alors … Néma et alentours vous invitent à s’installer …’
Suite à ce mini-procès,les colons donnent raison à Moumina et procéderont ainsi au transfert du commandement de Oualata à Néma qu’immortalise un gav- النعمة قصبت و لاته 222 يا الحي عنك عليها – où ils procédèrent à la construction des locaux administratifs,de la prison civile et à l’aménagement de certaines pistes via les travaux forcés ou keweya … Voilà aussi les faits Monsieur !
C’est dans ces circonstances aussi que naitra la Nahdha parrainée par le Maroc qui nourrissait des ambitions contre l’indépendance de la Mauritanie et dont la tête pensante était le leader Maali … de Oualata avec des opérations spectaculaires à Néma où sont morts des plusieurs colons et à Bougadoum,Amourj où est mort le Commandant Saghou,prefet du cercle mobile de Rass el vil près Adel Bagrou,tué à Bougadoum,près Amourj et ce sous les yeux de l’ex Président Maouiya Ould Sid Ahmed Tayaa,et où sera victimisé Gaoud O. Chein … C’est plus tard quand tout ça a été dévoilé avec l’arrestation,la neutralisation et la fusillade de Mr Maali de Oualata,Allah yarihmou que les choses s’éclairciront …
Pour revenir au sujet du droit de réponse et pour l’Histoire,les Mechdoufs du Hodh sont une grande Tribu certes mais ils n’ont jamais eu droit à un Emirat proprement dit!
Il est vrai que c’est une Tribu dont les Chefs Ehel Mheimid ont collaboré avec la colonisation et je dirai aussi que se sont eux qui ont hypothéqué la résistance coloniale voire la rébellion de Ehel El kidya conduite par Cheikh O. Abdouka et que se sont eux qui,en l’invitant à signer un pacte de paix ou une trève avec les français,à Nara,actuelle capitale du Sahel du Mali,l’ont livré par le biais de Erwejil Ould El Moctar à la France qui le déportera en Cote D’Ivoire et c’est Cheikh Sidiya el kebir de Boutimimit qui le ramènera de l’exil .Après un séjour de deux à trois ans à Boutilimit,Cheikh Ould Abdouka finira par revenir au Hodh Charghi avant d’y mourir,fin des années 1960 . Voilà aussi !
Quant à El émir El kevya Ould Bouçeif,il finira ces derniers jours,contraint à l’exil presque forcé ne serait-ce que parce qu’il a fini par voir de ses propres yeux le dernier et vrai Emirat du Hodh Charghi s’effriter sous ses yeux et la montée d’un nouveau rapport de force qui se dessine avec la suprémacie militaire d’un ensemble qui s’appelle Mechdouf,qui hier seulement,était interdit de séjour dans les voisinages immédiat d’un Hodh qu’il a tant aimé comme ses pères …!
C’est ainsi que pour terminer cette parenthèse qu’il me plait d’évoquer le célèbre poème épique de l’émir El Kevya Ould Bouçeif,Allah Yerihmou où il immortalise de hauts lieux emblématiques du Hodh Charghi et qui se chante vi megham ezragu el bilawi :
قلب انكادي و انواودار ²²² خشم ايدار او عكل اوكار
……
D’autres écrits,au besoin,suivront … et Bonne Lecture
Idoumou OULD BEIBY
Premier Consseiller d’Ambassade à Abuja,Nigeria

1 commentaire